À LA UNE

Les nouveaux métiers de l'automobile avec le véhicule autonome

Développer le véhicule autonome de demain implique de disposer des talents et des compétences nécessaires. "Ceux qui se spécialisent dans les technologies nécessaires au développement de la voiture autonome trouveront immédiatement du travail et se verront même proposer de nombreuses offres", note Vincent Abadie, responsable innovation et technologies avancées d'aide à la conduite chez PSA.

Tour d'horizon des profils issus des écoles d'ingénieurs que constructeurs et équipementiers recherchent activement.

Des spécialistes de la robotique mobile

Selon Vincent Abadie, "Il existe déjà des robots fixes dans les usines, par exemple, qui savent prendre une pièce et la déposer sur un tapis roulant. Mais ni le robot ni ce tapis ne changent de place. La voiture autonome, au contraire, se déplace et doit reconstruire en permanence son environnement. Nous avons donc besoin d'experts de la robotique mobile pour gérer cela." Pour Guillaume Devauchelle, directeur de l'innovation et de la recherche scientifique de l'équipementier automobile français Valeo, le génie électrique est à repenser : "Avec toutes les nouvelles fonctionnalités nécessaires à l'autonomie, mais aussi au divertissement de l'automobiliste qui n'a plus à conduire, l'énergie à bord sera comptée." 

Des experts de la fusion de données

PSA recherche aussi des spécialistes de la fusion de données. "Le système embarqué intelligent doit être capable de croiser une multitude de données issues des radars, des caméras, des autres véhicules et des infrastructures communicantes. Toutes n'ont pas le même format ni la même chronologie et pourtant il faut pouvoir les fusionner", explique l'expert du constructeur. Tout ceci constitue une petite révolution pour Guillaume Devauchelle. "Il s'agit en quelque sorte de big data appliqué à l'automobile, c'est-à-dire de la capacité à extraire et à traiter des données de masse et de faire prendre au véhicule une décision à partir de données très hétérogènes." Guillaume Crunelle, associé responsable de l'industrie automobile chez Deloitte, prévoit l’apparition du métier de "data doctor", un ingénieur capable de vérifier en permanence la qualité et la sécurité des données collectées et partagées par les véhicules.

Des statisticiens pour modéliser et simuler

Chez PSA, Vincent Abadie a besoin de mathématiciens rompus aux calculs des probabilités : "Pour garantir la sécurité de fonctionnement du véhicule autonome il est impossible d'appliquer des méthodes de preuve par l'usage au kilomètre, car il faudrait en accumuler des milliards, ce qui est évidemment impossible." La simulation numérique permettra d’analyser les dizaines de milliers de scénarios que peut rencontrer une voiture au quotidien.

Des sociologues pour comprendre

Face à la diversité des comportements des automobilistes dans les différents pays du globe, Guillaume Devauchelle souligne l'importance des études sociologiques : "L'ethnologie et les sciences cognitives sont des métiers nouveaux pour l'industrie automobile mais indispensables car l'attitude au volant est quelque chose de très culturel que la voiture autonome doit comprendre. On ne conduit pas à Paris comme au Caire."

Des "car masters" pour accompagner les passagers

La voiture autonome devra communiquer avec ses passagers et les autres usagers de la route. Cela nécessite des experts de l'interface homme-machine mais aussi, selon Guillaume Crunelle, des assistants qui assureront un service quasi humain dans le véhicule intelligent : "Malgré la nouvelle expérience embarqué ultra-connectée qui s'annonce, il y aura toujours un besoin de contact humain et de pédagogie au-delà de l'algorithme. Il faut créer une expérience digitale chaleureuse."

Des aiguilleurs routiers pour contrôler les flux urbains

Selon le spécialiste de Deloitte, l'humain sera indispensable pour superviser les véhicules sans chauffeur : "Il faut un contrôle routier au-delà des calculs automatiques. Pour contourner des zones denses ou sinistrées, il est parfois plus rapide de faire plus de kilomètres, par exemple, et cela relève du bon sens d'opérateurs humains."

 

Publiée le 13/01/2017 à 20:47
Dernière modification le 13/01/2017 à 20:59
Partager :
Crédits

Editeur

La Plateforme de la Filière Automobile, 96 avenue du Général Leclerc, 92100 Boulogne
Association, représentée par Monsieur Bernard Million Rousseau, Directeur Général et affaire suivie par Monsieur Francis Arcaute, Directeur Comité métiers compétences.
Directeur de la publication : Monsieur Bernard Million Rousseau

Pour toutes questions, veuillez écrire à contact@planeteautomobile.com

PFA Investissements d'avenir

 

Conception

La conception fonctionnelle, créative, éditoriale et technique a été réalisée par l'agence COM CI COM CA

Logo COM CI COM CA COM CI COM CA
7 place de la défense
92800 Puteaux
Tél : 01 47 74 95 91
www.comcicomca.com

 

Nous remercions particulièrement Monsieur Mathieu Flonneau, maître de conférences en histoire contemporaine, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, IEP, P2M pour son aide sur le module "L'automobile toute une histoire".

 

Images

Les visuels photos du module "Des métiers d'avenir" sont issus de : © Renault Communication, © Citroën Communication, © PSA Peugeot Citroën, © Faurecia
Tous les autres crédits photos sont précisés directement dans les pages du site.

 

Hébergement

Le site est hébergé auprès de la société OVH

OVH
SAS au capital de 10 000 000 €
RCS Roubaix – Tourcoing 424 761 419 00045
Code APE 6202A
N° TVA : FR 22 424 761 419
Siège social : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.

Retrouvez nous sur : twitter facebook youtube