Le r├ęgulateur de vitesse


On doit cette invention de 1945 à l’ingénieur mécanicien américain Ralph Teetor (1890-1982).

Installé pour la première fois sur une automobile en 1958, il permet de rouler à vitesse constante, indépendamment du profil et des conditions de route (vent, pente, montée…).

Commandes d’un régulateur de vitesse
au volant. © Renault Communication

Le conducteur fixe sa vitesse de croisière et le mécanisme prend le relais en maintenant cette allure.

Plus besoin d'intervenir en permanence sur les pédales, surtout sur de longues distances, ce qui favorise une conduite plus reposante. La vitesse étant constante et sans à-coups, cela limite également la consommation de carburant.

Un capteur de vitesse fixé au niveau d'une roue ou à la sortie de la boîte de vitesses intervient sur le frein ou l'accélérateur lorsque le véhicule arrive dans une descente ou une côte pour conserver une vitesse constante.

Pour autant, il ne s'agit pas d'un pilote automatique. Comme il faut en moyenne deux secondes pour réagir à un événement avec le pied sur la pédale, ce temps devient plus important lorsque le pied est ailleurs. La vigilance est donc de mise afin de reprendre le contrôle de sa vitesse si la situation l'exige. Le régulateur est inadapté en ville, avec trafic dense ou dans des conditions météorologiques dégradées.