La R5


Destinée à un public jeune et féminin, la R5 bouleversa le paysage automobile de son époque et connut un engouement massif auprès des jeunes citadins.

Lancée en 1972, elle proposait une alternative entre la voiture élégante et la petite voiture économique, dans un marché très segmenté. Abordable, ludique, performante, confortable, aussi solide que la 2CV ou la 4L et un brin décalée, elle s'adaptait à tous les usages et toutes les clientèles.

Côté technologie, elle incluait des avancées importantes en matière de sécurité : l'une des toutes premières structures centrales indéformables et du polyester à la place du chrome pour les pare-chocs directement intégrés à sa carrosserie et adaptés aux usages urbains.

Étude de design de la R5
© Renault Communication
R5 de 1972
© Renault Communication

Côté design, grâce au coup de crayon de Michel Boué (1936-1971), un jeune styliste, elle imposait un style nouveau, très dynamique et très "seventies", avec des lignes arrondies, un capot court, 2 larges portes latérales, de grandes vitres, des couleurs flashy, des cadrans carrés qui regroupent tous les instruments de bord et une tablette vide-poches à la place de la boîte à gants.

Avec les deux chocs pétroliers de 1973 et 1979, son prix et sa faible consommation sont des atouts de poids pour continuer à séduire les automobilistes en version de base ou dans ses multiples déclinaisons y compris sportives. Uniquement pour l'année 1980, 666 026 exemplaires furent vendus !