L'injection électronique
Système Common Rail
© Bosch


Dans les années 1970, l'injection électronique remplace l'injection mécanique, qui elle-même avait remplacé le carburateur. Au cœur du système, un calculateur électronique, dont le perfectionnement progressif dans les années 1980 va donner tout son sens à cette évolution technologique majeure.

Ce calculateur gère l'injection en déterminant la durée optimale de l'injection en fonction des informations envoyées par les capteurs, telles que la température du moteur, la température et le débit de l'air, la vitesse de rotation du moteur...

À partir de ces informations, il agit ensuite sur des actionneurs (injecteurs, volets d'admissions d'air....) pour régler très précisément le moment où le carburant va être introduit et sa quantité. L'objectif : améliorer le rendement moteur et par voie de fait, réduire la consommation de carburant et les émissions.

Ces dernières années, pour les moteurs Diesel, le rendement a encore progressé grâce à la technologie Common Rail (rampe commune), une injection électronique à haute pression. Cette pression créée en amont des injecteurs leur permet de générer des gouttelettes de carburant extrêmement fines, ce qui améliore la qualité du mélange air-carburant et donc, la combustion.